Progressions et transits

Bonjour
Title
Aller au contenu

Progressions et transits

Pascal Patry astrologue et thérapeute à Strasbourg 67000
Publié par Pascal Patry dans Astropsychologie · 4 Septembre 2022
Tags: Progressionsettransits
Progressions et transits : les chemins de l'épanouisse­ment.

Quand je me suis intéressé pour la première fois à l'astrologie, il y a quarante ans, une controverse faisait rage parmi les astrologues, à propos de la valeur relative des progressions (ou directions) et des transits et cela dure toujours.

Le courant pseudo-scientifique en astrologie a conduit beaucoup d'astrologues à abandonner l'emploi des progressions et directions et à se servir exclusivement des transits.

D'autres se servent des deux méthodes mais les confondent, considérant que toutes les deux se rappor­tent aux événements extérieurs. L'astrologue humaniste emploie les deux systèmes à la fois, mais les place dans des catégories différentes.

Puisque ce livre traite surtout des transits il n'y sera pas longuement question des pro­gressions et directions. Il suffit de dire que, pour l'astro­logie humaniste, elles se réfèrent essentiellement au pro­cessus intérieur et subjectif de croissance de l'individu potentiel.

Elles traitent des transformations graduelles qui adviennent au fur et à mesure que le but et le carac­tère de l'individu, tel qu'il se révèle dans le thème natal, se réalisent tout au long du déroulement de sa vie.

Les progressions montrent comment la structure natale totale évolue d’elle-même, suivant le besoin individuel et son rythme de développement, de telle manière que ce qui était, à la naissance, identité archétype abstraite puisse progressivement devenir personnalité pleinement actua­lisée et intégrée.

Il n'y a là aucune pression extérieure ; cette dernière est fournie par les transits. Les progressions traitent des transformations du rythme du Soi, tandis que les transits se réfèrent à l'impact général de l'environne­ment sur le Soi.

Bien qu'on ne soit pas libre de changer de potentiel de son existence (le thème natal), un individu est cepen­dant libre de décider ce qu'il fera de ce potentiel.

L'accom­plissement des possibilités se ferait aisément si les êtres humains vivaient dans un vacuum individuel, isolés et indépendants les uns des autres. Mais comme, en fait, nous faisons tous partie d'un environnement collectif, notre succès personnel dans la réalisation de notre poten­tiel individuel dépend de ce collectif.

Des considérations planétaires, raciales, sociales, culturelles et familiales exer­cent toutes de constantes et puissantes pressions, surtout pendant les jeunes années ; en même temps qu'elles nous fournissent la matière première pour la croissance de l'esprit conscient et pour le développement nécessaire du sens de soi, elles tendent aussi à obscurcir, à brimer, à déformer ou à falsifier le potentiel natal.

Ces pressions extérieures sont mesurées par les cycles de transits qui montrent comment l'esprit conscient peut se développer en expérimentant une multitude d'impacts et de relations. L'actualisation de soi doit être un processus conscient et ce n'est que dans l’utilisation consciente des confronta­tions révélées par les cycles de transits, que le processus peut se réaliser.

Toutefois, ces confrontations produisent aussi toutes sortes de tensions, de peurs, d'inhibitions, d'ambitions et de désirs qui vont presque toujours à l'encontre du potentiel natal et tendent à faire de l'indi­vidu ce qu'il n’est pas par essence.

Quelques-unes de ces confrontations peuvent apporter plaisir, bonheur ou, même, exaltation, tandis que d'autres peuvent occasionner douleur, misère et dépression.

Quand les transits reprodui­sent les positions planétaires et aspects du thème natal, ils tendent à renforcer les facteurs fondamentaux dans la nature essentielle de la personne. Si, d'autre part, Les tran­sits pèsent trop lourd sur le thème natal, les pressions peuvent tendre à désintégrer la personnalité.

Le potentiel de naissance (l'essence archétypique du Soi) reste inchangé tout au long de la vie. C'est le fac­teur permanent de chaque individu, la forme-semence de son être et de sa destinée.

Tout ce qui entoure cet indi­vidu dans la vie (décrit par les cycles de transits) tendra à changer la qualité de son être essentiel. Jour après jour, son intégrité sera mise en question.

Tous ces facteurs, auxquels se réfèrent les transits, l'éloignement de l'essence de son identité véritable, sans souci de ses motivations et intentions. Les meilleures, les plus élevées, les plus nobles de ces forces (l'amour lui-même) tendront à changer l'expé­rience véritable du Soi et la destinée qui lui est inhérente.

En résumé : les progressions traitent de l'évolution inté­rieure de la personnalité, tandis que les transits se réfè­rent essentiellement à l'impact extérieur de la société et de l'univers sur cette personnalité. Aucun des deux ne devrait être considéré seul.

L'homme réagit aux transits en même temps qu'il agit à travers les progressions. Quel­qu'un naît comme graine potentielle unique et cette graine devrait normalement évoluer vers la réalisation d'une per­sonnalité accomplie. Toutefois, l'univers ne s'arrête pas au moment de la naissance.

Tout ce qui arrivera par la suite dans l'univers, astrologiquement sous forme de transits, exercera aussi une influence sur le développement de cette personnalité et elle devra réagir. C'est la voie éternelle.

L'homme n'est pas lié à un fatum. À tout moment, de nouvelles situations se produisent dans l'univers, mais aucun homme n'est obligé de leur répondre de façon pré­déterminée. Là est sa liberté, mais il doit la choisir.

La qualité et le degré de résistance que pourra oppo­ser un individu aux pressions et aux forces de son envi­ronnement sont difficiles à apprécier.

En plus des tradi­tions socio-culturelles, des loyautés raciales ou nationales et de l'emprise subtile ou rigoureuse de l'opinion publique, telle qu'elle s'exprime dans les mass media (et, surtout, dans la publicité), l'individu subit aussi le bombardement des radiations solaires et cosmiques, la pression atmos­phérique, la gravitation et toute une armée d'agents pol­luants qu'il respire et ingère.

Toutes ces influences s'abat­tent sur lui, font impact sur sa peau, ses sens, son esprit, son champ électro-magnétique (aura) avec une force implacable.

Aussi longtemps que l'individu peut résister à ces impacts, il vivra comme un organisme relativement séparé. Mais, quand la somme totale de ces forces dépasse sa capacité de les supporter et qu'il devient trop fatigué pour supporter son isolement de cet océan cosmique et social, il se laisse aller.

Alors, l'océan s'engouffre dans le vide de sa séparativité et le noie ; il devient malade, fou ou meurt. La capacité de courage ne peut se mesurer dans le thème natal et personne ne peut connaître à fond sa propre capacité de résistance, encore moins que celle d'un autre. Indépendamment de cette qualité personnelle de résistance, la pression peut être soulagée par d'autres gens qui l'aident à porter son fardeau.

Il y a de nombreux cas où quelqu’un a été sauvé d'un accident ou même de la mort, par l'amour d'un autre. Toutefois, pareil soutien est une véritable béquille et peut même devenir, pour la personne aidée, cause de la perte de sa capacité à s'aider elle-même. En fin de compte, tout individu doit apprendre à se tenir debout tout seul.

Il y a tellement de contingences que la prédiction exacte d'événements intérieurs ou extérieurs, uniquement sur la base de transits critiques, est impossible.

On est assailli de l'extérieur (transits) au moment où l'on est faible intérieurement (progressions) et sans soutien, si la résis­tance à la pression constante de la société et de l'univers est prête à s’effondrer. Cette relation entre transits et pro­gressions ne doit pas être oubliée.

Une personne peut très bien ne pas suivre une tendance collective prédominante, conséquence d'un transit à ce moment-là, à moins que cela ne corresponde à, ou ne lui permette d'accomplir, un besoin individuel qui se révèle dans ses progressions.

Un individu peut changer sa vie consciemment à tout moment, si c'est le résultat d'une décision socialement motivée. Ainsi, les facteurs individuels et socio-collectifs sont en interrelation constante ; en conséquence, les astrologues devraient utiliser les deux : à la fois les progressions et les transits.

Pourquoi certains astrologues mettent-ils l'accent sur les transits et d'autres sur les progressions ?

Rudhyar en a donné une explication psychologique : de même qu'il y a deux types de base chez les êtres humains, de même il y a deux types d'astrologues, les introvertis et les extra­vertis.

L'extraverti centre son attention et son intérêt sur le monde extérieur et ses relations interpersonnelles, tan­dis que l'introverti les centre sur le monde subjectif du moi : il accorde la plus grande importance à ce qui se produit dans son propre être intérieur.

L'astrologue extra­verti préférera utiliser les transits, tandis que l'introverti mettra l'accent sur les progressions. Cette différence d'opti­que est essentiellement une différence de structure orga­nique et psychologique et ne peut donc être résolue d'un commun accord, par une discussion intellectuelle.

Selon Jung, ces deux types ne peuvent se comprendre parfaite­ment. Pourtant, l'astrologue humaniste doit être capable de réaliser que ces deux points de vue représentent, ensemble, les deux moitiés d'une vérité totale et il doit apprendre à employer aussi bien les transits que les progressions.

En plus de cette prédisposition psychologique inhérente à l'individu, il y a une certaine tendance à l'extraversion dans la civilisation occidentale en général.

Les valeurs et le destin collectifs pèsent lourdement sur chaque individu dans la société dite « moderne » et surtout sur ceux qui habitent les grandes villes où le facteur dominant de la vie est une dépendance presque totale de l'individu à la collectivité.

Une société technologique est faite par et pour des extravertis, pour des gens qui, par nature, placent en pre­mier leurs relations avec le monde extérieur. Il n’est donc pas surprenant de constater que la plupart des astrolo­gues mettent l'accent sur les transits et la prédiction d'évé­nements, puisqu'on leur demande de s'occuper surtout du monde concret et des succès ou échecs extérieurs de l’individu, en un mot, de tout ce qui est précieux pour une mentalité extravertie.

Il y a encore une autre raison pour que les astrolo­gues contemporains préfèrent les transits : c'est leur désir d'être reconnus par le monde scientifique.

En cela, les transits (positions réelles des planètes jour après jour) représentent des données astronomiques, par opposition à la nature purement symbolique de toutes les formes de progressions et de directions ; ils sont donc plus accepta­bles, du point de vue scientifique.

Comme l'astrologue orienté vers les événements suit souvent un système « scientifique » de pensée, sa prédilection pour les tran­sits paraît logique, même s’il demeure toujours la diffi­culté presque insurmontable d'expliquer, de façon scien­tifiquement acceptable, comment le thème de naissance peut rester une plaque sensible, capable d'enregistrer des impacts planétaires tout au long d'une vie.

L'astrologue holiste n'étudie pas les cieux dans l'espoir de trouver le moyen d'éviter des situations indésirables.

En même temps, il ne peut pas plus écarter les transits qu'il ne peut ignorer le monde extérieur qu'ils représen­tent.

L'étude de l’évolution d'une personnalité est un équi­libre subtil entre progressions et transits, entre les mon­des extérieur et intérieur. Un astrologue humaniste doit comprendre et employer les transits de façon complète­ment différente de celle pratiquée par son confrère à orientation événementielle.

Tout en acceptant le fait que nous sommes tous soumis aux pressions constantes de l'environnement extérieur, il doit postuler que nous som­mes capables, comme individus, de résister à cette pres­sion, si nous sommes intérieurement assez forts.

---
Source : Les cycles du devenir - Alexander Ruperti






0
commentaires

Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste

5, impasse du mai
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 22 97 27
Mobile : 06 29 54 50 29

Retourner au contenu