Les étapes de l'enfance

Bonjour
Title
Aller au contenu

Les étapes de l'enfance

Pascal Patry astrologue et thérapeute à Strasbourg 67000
Publié par Pascal Patry dans Astropsychologie · 5 Août 2022
Tags: Lesétapesdel'enfance
Les étapes de l'enfance

Introduction

Il n'y a pas si longtemps encore, on consultait les astrologues pour se faire prédire l'avenir - argent, amour, santé - et les rares « analyses de caractère » se réduisaient aux « recettes » habituelles : si vous êtes Gémeaux, vous êtes intelligent, doué de talents divers, et vous vous exprimez avec facilité.

Soit le client connaissait déjà très bien cette série de traits de personnalité figés, et dans ce cas ce genre de consultation ne lui apprenait pas grand-chose ; soit il ne pouvait s'identifier d'emblée aux traits de caractère en question, et c'est alors la légitimité de l'astrologie elle-même qui se trouvait ainsi remise en cause.

Il est vrai que bon nombre de gens vont encore consulter un astrologue pour se faire prédire l'ave­nir et se rassurer sur le bien-fondé d'un comporte­ment qu'ils n'envisagent pas de changer, et il se trouve encore de nombreux astrologues pour satis­faire cette clientèle en lui fournissant l'information désirée. (Hélas !)

Mais au fil du temps, en particulier au cours des cinq dernières années, on a pu observer un changement progressif à la fois dans les raisons incitant les gens à consulter les astrologues, et dans le type d'individus qui leur font appel.

De son côté la communauté des astrologues a relevé ce défi en s'attachant à formuler une astrologie différente et novatrice, fermement établie sur la tradition, mais adaptée à l'évolution et à la complexité croissante des besoins de ses clients.

Il y a peu de temps encore, la clientèle des astrologues était assez limitée - beaucoup de gens du « show business », bien connus pour être « superstitieux », et quelques vagues adeptes de spiritualité en quête d'une méthode d’illumination sans effort.

La situation s'est là aussi modifiée, et pratiquement n'importe qui aujourd'hui est susceptible de consulter un astrologue, un ministre comme une secrétaire, un médecin comme un artiste, un informaticien comme un mannequin de mode. Se faire interpré­ter son thème natal n'est plus considéré comme un divertissement quelque peu équivoque ni comme un moyen de se dispenser de faire des choix dans la vie.

Cette évolution est notamment due à l'intérêt croissant qu'éveillent l'astrologie de qualité et son travail de recherche.

Les assertions erronées des profanes ignorants ont été battues en brèche. Mais l'attraction qu'elle suscite est elle-même un symp­tôme, car si les astrologues commencent à être davantage pris au sérieux, et se pénètrent eux-mêmes de plus en plus de la valeur de leur étude, y compris sur le plan professionnel, c'est, semble-t-il, pour plusieurs raisons fondamentales.

En premier lieu, le conseiller astrologique, qu'il le veuille ou non, a usurpé ce qui était autrefois le rôle du prêtre, du médecin et du psychiatre. Son client n’est plus simplement un être crédule vou­lant se faire dire la bonne aventure ni un pas­sionné d'ésotérisme enquêtant sur sa dernière in­carnation.

Peut-être se sent-il déprimé sans cause apparente, anxieux ou inquiet, peut-être est-il dans les affres d'une crise affective ou de la rupture d'une relation, à la recherche d'éléments de ré­flexion fiables sur de nouvelles perspectives profes­sionnelles ou est-il préoccupé par son sentiment d'apa­thie et son incapacité à tirer parti de ses talents.

Bref, ce client peut avoir toutes sortes de difficultés psychologiques et chercher, à juste titre, à clarifier ses problèmes afin d'élargir l'étendue de ses choix et de ses solutions (une situation que chacun rencontre aux moments cruciaux de sa vie).

Et, sans vouloir offusquer mes lecteurs membres du clergé ou travaillant dans le domaine psychiatri­que, ce client aura souvent du mal à trouver pour ses problèmes psychologiques la tolérance ou la profondeur de compréhension que l'on est en droit d'attendre de l'Église, qui ne lui propose généra­lement que des aphorismes éculés ; ou il se fera immédiatement cataloguer sur le plan clinique, comme a fortement tendance à le faire « l'esta­blishment » médical orthodoxe, au lieu d'obtenir des éclaircissements sur ses symptômes et de pouvoir en discuter ouvertement.

Aussi bon gré mal gré, consciemment ou non, l'astrologue s'est transformé en conseiller.

Les astrologues qui refu­sent catégoriquement l'aspect psychologique de leur travail sont pour le moins naïfs, et peuvent même s'avérer dangereux par leur ignorance de la véritable nature de leur activité.

Toutefois, dans l'ensemble, l'astrologie a bien réagi face à son nouveau rôle en reconnaissant la dimension psy­chologique de son champ d'investigations, et, quel que soit le terme que nous préférions utiliser - astrologie psychologique, psychologie astrologi­que, ou tout simplement une astrologie de conseil honnête, avisée - l'astrologie a atteint sa majorité et a désormais pris place parmi les autres profes­sions d'aide et de conseil.

Il existe un autre fil dans la toile tissée par le mariage de l'astrologie et de la psychologie : le fil du sens.

Le sens est indispensable à la vie, et semble nécessaire aux êtres humains. Lorsqu'il nous échappe, nous perdons toute raison de vivre, d'espérer, de combattre et nous nous sentons terriblement désorientés.

Qu'il nous appartienne en fin de compte de créer nous-mêmes notre propre sens, ou que notre tâche soit de découvrir un grand projet cosmique ou une intention divine, la recherche de lignes directrices, le besoin d'avoir un but et un sentiment de finalité dans la vie sont un comportement inné chez chacun d'entre nous.

Ce problème du sens est devenu ces derniers temps particulièrement pressant.

La « crise du sens » qui nous assaille peut s'expliquer par les déceptions dues aux structures traditionnelles religieuses, et plus encore par la complexité croissante de nos vies dans un monde assiégé de problèmes et de défis nouveaux et décourageants pour lesquels il n'existe aucune ligne de conduite ou méthode d'approche. La perte du sens est la source d'un grand nombre de problèmes psychologiques pou­vant prendre la forme de symptômes cliniques.

Elle est souvent à l'origine de la crise qui pousse un client à consulter un astrologue.

Ayant à sa disposition le thème de naissance comme outil dans son activité de conseiller, l'astro­logue est particulièrement qualifié pour assister autrui dans la recherche capitale du sens de sa vie, mais il doit entreprendre cette tâche avec humilité et sérieux.

Il peut proposer un sens ou une justifica­tion aux difficultés relationnelles de celui qui, ayant sa Vénus natale en carré à Pluton, vient le consulter pour des problèmes matrimoniaux. Peuvent-ils lui apprendre quelque chose sur lui-même ? Pourquoi se retrouve-t-il dans cette situation ? Est-ce en relation avec des événements antérieurs de sa vie ?

Ce genre de questions peut aider l'individu à dis­cerner un thème ou un pattern* qu'il attire et met en scène inconsciemment.

* Pattern : terme anglais qui, selon le contexte, signifie modèle, dessin, motif, formule, structure d’ensemble, scénario, mais sans équivalent aussi complet en français.

De même l'astrologue va pouvoir aider la femme ayant une conjonction Saturne-Neptune en maison X, qui lutte pour mener sa carrière tout en affrontant l'anxiété, l'in­sécurité, la peur de l'échec qui la minent.

Replacer ces problèmes dans le contexte global de sa vie et de son développement personnel lui permettra de leur donner un sens.

Assistée par l'astrologue, elle va explorer le conflit archétypique profond qui sous-tend ses difficultés professionnelles, et commencera ainsi à concevoir ce que cette lutte lui demande de comprendre, d'affronter et de travailler en elle.

Son dilemme la conduit en fait à développer certaines qualités, ressources, ou forces qu'elle aurait laissées en sommeil si elle n'avait pas rencontré de difficul­tés. Le fait d'entrevoir une « raison » intelligible à notre souffrance est souvent l'élément magique qui distille confiance et clarté dans une situation dou­loureuse et confuse.

Les positions en signe et en maison, les aspects, les transits et les progressions, sans parler de la vie elle-même, tout devient plus significatif vu de cette manière.

Comme l'ancien dieu romain Janus, l'astrologie psychologique a deux visages. Elle peut être le scalpel chirurgical dévoilant les mobiles, les com­plexes et l'héritage familial qui se trouvent à la base des problèmes et des difficultés tangibles auxquels se confronte l'individu.

Elle peut être également la lentille permettant de voir la téléologie de nos conflits dans le contexte de la signification globale du voyage de l'individu. Mais en définitive, les deux visages sont tournés vers le mystère central de la psyché humaine, dont l'astrologie est à la fois la carte la plus ancienne et la plus nouvelle.

Les séminaires faisant l'objet de ce livre traitent des expériences de l'enfance, ainsi que du dévelop­pement, des dynamiques et de la structure de la personnalité.

Ils font partie du programme de for­mation du Centre d'astrologie psychologique, fondé et codirigé par les auteurs de ce livre, et implanté à Londres et Zurich.

Ce Centre a été créé pour promouvoir, explorer et encourager l'usage de l'astrologie, à la fois comme outil de connais­sance de soi et comme mode efficace de conseil.

Ces échanges (ainsi que les prochains qui feront aussi l'objet de transcriptions et seront publiés) sont inclus dans le cursus de trois ans de séminaires, cours et ateliers, que comprend la formation appro­fondie en astrologie psychologique dispensée par le Centre.

Nous avons tout fait, dans notre travail de trans­cription, pour préserver l'atmosphère et le ton de chacune de ces journées, afin de les faire partager au lecteur. Nous espérons que ceux qui souhaitent perfectionner leur connaissance de l'astrologie y trouveront des éclaircissements enrichissants sur l'interprétation psychologique du thème, tout en progressant également sur le plan personnel dans la compréhension et la connaissance de soi indispen­sables à un conseiller de valeur.

Liz Greene et Howard Sasportas - Novembre 1986

---

Les étapes de l'enfance par Howard Sasportas

L'enfance montre l'homme, comme le matin montre le jour.
John Milton

Il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse.
Anonyme

Vos images innées

Nous allons aujourd'hui explorer dans ce sémi­naire ce que nous révèle le thème sur nos expérien­ces, nos traumatismes et nos difficultés durant l'enfance, et sur la manière dont tout cela se relie à nos vies présentes.

Nous allons nous pencher sur notre enfance et notre passé pour clarifier le pré­sent. Il ne s'agit pas de se complaire à évoquer ce que, selon vous, votre mère ou votre père vous ont fait. Mais un retour en arrière vers vos premières expériences peut vous aider à mieux comprendre le présent et à progresser dans votre vie actuelle. Le passé nous intéresse dans la mesure où il encombre la route de l'avenir.

Avant toute chose, je veux établir une distinction fondamentale entre la manière dont beaucoup d'écoles de psychologie traditionnelle envisagent les expériences de l'enfance, et celle dont l'astrologie psychologique considère les événements du début de la vie.

Certains courants de psychologie tradi­tionnelle affirment que l'enfant est à la naissance une page blanche sur laquelle vont s'inscrire en­suite ses différentes expériences. C'est ce que l'on appelle la théorie de la tabula rasa, selon laquelle la manière dont on vous traite dans l'enfance est à l'origine de certains patterns ou « scénarios » qui déterminent ensuite votre image de vous-même et vos présomptions sur ce qui va vous advenir plus tard dans la vie.

Développons cette idée. Tant sur nous-mêmes que sur la vie en général, les diverses expériences de l'enfance nous amènent à tirer certaines conclu­sions ou à adopter certaines attitudes, qui consti­tuent ce que l’on pourrait appeler des « opinions existentielles ».

Si, par exemple, votre mère ne s'est pas montrée très experte pour s'occuper de vous, il se forme alors un pattern, une présomption, ou une opinion sur la vie comme « le monde n'est pas un lieu très sûr pour vivre » ou « ceux dont j'ai besoin me laisseront tomber ».

Ou si, à trois ans, vous voyez votre père claquer la porte et disparaître en abandonnant sa famille, vous allez penser « qu'on ne peut pas compter sur les hommes », ou même « je suis si mauvais que je fais fuir les gens ».

Les premières expériences vous marquent très profon­dément, et je crois avoir déjà évoqué cette analogie avec la petite coupure dans l'écorce d'un arbrisseau qui va se transformer en une large entaille lorsqu'il aura atteint sa taille adulte.

Ce qui se produit au début de notre vie s'imprime au plus profond de nous-mêmes. Ces impressions se fixent la plupart du temps dans notre inconscient et ne laissent aucune trace dans notre souvenir. Mais elles donnent naissance à des attentes et des convic­tions selon lesquelles nous continuons à percevoir et organiser notre expérience.

En d'autres termes, la manière dont nous voyons et apprécions le présent est conditionnée par ce qui s'est produit dans le passé. C'est ce que l'on appelle quelquefois le « déterminisme psychique ».

Tout événement ou phénomène mental particulier est associé à des circonstances chronologiquement antérieures.

Même un fantasme sur un événement passé peut déterminer la manière dont nous interprétons le présent ; il n'est pas nécessaire qu'il se soit réelle­ment produit. Donc si vous croyez que vous avez fait fuir votre père, alors qu'en réalité il est parti pour de tout autres raisons, ce fantasme initial continuera à influencer vos attentes ultérieures.

Plus tard dans la vie, vous sélectionnerez vos per­ceptions, ne remarquant en toutes circonstances que ce qui vient corroborer vos suppositions et convictions. Il vous sera alors impossible de voir ce qui ne correspond pas à vos attentes. Quelqu’un a dit un jour : « La vie nous donne ce que nous en attendons. » Bref, nos attentes conditionnent notre expérience de la réalité, qui en retour renforce nos convictions initiales.

L'astrologie psychologique envisage tout cela d'une manière légèrement différente. Au lieu de vous considérer à la naissance comme une simple page blanche et de croire que ce que l'on vous a fait dans votre enfance est à l'origine de vos opinions sur la vie et sur vous-même, l'astrologie psycholo­gique estime que vous possédez déjà à la naissance une prédisposition innée qui s’attend à voir se produire certaines choses.

Plus que le condition­nement de l'enfance, c'est votre propre nature intérieure, telle qu'elle apparaît dans les configu­rations de votre thème de naissance, qui vous prédispose à percevoir l'expérience d'une certaine manière. Au cours de votre enfance, certaines attentes archétypiques innées vont structurer ce que vous filtrez de votre expérience.

On peut définir un archétype comme la représen­tation mentale d'un instinct. Les êtres humains existent depuis très longtemps, depuis des éternités, et les processus d'évolution ont bâti et structuré dans nos psychés certaines attentes se transmettant de génération en génération et constituant une sorte de « sagesse de la cellule ».

Nous nous atten­dons, à la naissance, à ce qu'il y ait une mère ou, à un niveau encore plus élémentaire, un sein. Même dans le ventre de notre mère, nous sommes dans l'attente d'un sein, car tout cela est inscrit dans la mémoire de nos cellules, comme l'attente d'un père, et celle de la croissance et de la mort. Toutes ces images sont présentes en nous, avant même que nous en fassions véritablement l'expérience.

Nous avons tous à la naissance une image de chaque archétype : une image de la mère, une image du père, une image de la naissance, une image de la croissance, une image de la mort, etc. Mais les images de ces phénomènes archétypiques sont légèrement différentes pour chacun et mon­trent une grande diversité.

La Lune, par exemple, concerne la mère, et comme vous avez tous la Lune dans votre thème natal, vous avez donc à la nais­sance une image de la mère, avant même de la rencontrer effectivement.

La nature de cette image, le type de mère très précis à laquelle vous vous attendez, est montrée par la position en signe de la Lune et les aspects qu'elle reçoit.

De la même manière, vous avez dès le départ le sentiment qu'il va y avoir un père. Comme tout le monde, vous avez dans votre thème le Soleil, que l'on peut considérer comme le symbole du père.

La position en signe et les aspects du Soleil vont décrire avec beaucoup de précision votre image innée du père.

N'oubliez pas que la perception est fonction de l'attente et que le contenu est fonction du contexte. Ce que vous vous attendez à voir va influencer votre manière de percevoir ce qui est effectivement là.

Les images et les archétypes innés organisent et structurent notre expérience. Ainsi, avec un trigone Lune-Jupiter, vous associez à votre mère une at­tente innée d'abondance et d'expansion.

Comme c'est ce que vous vous attendez à voir, votre percep­tion va être sélective, et vous aurez tendance à remarquer plus facilement les fois où elle se montre généreuse, expansive et jupitérienne, plutôt que celles où elle va être froide et répressive. Mais si vous êtes né avec une conjonction Lune-Satume, vous vous attendez à des difficultés ou de la froideur auprès de votre mère, et cette impression innée vous fera prêter davantage attention aux fois où elle se conforme à ce portrait, en négligeant celles où elle agit autrement.

Nous examinerons plus précisément les aspects tout à l'heure, mais je voudrais souligner mainte­nant la différence entre les écoles de psychologie traditionnelle et l'astrologie psychologique.

La psychologie traditionnelle reproche souvent aux parents ce qu'ils nous ont fait, alors que selon l'astrologie psychologique, nous sommes en partie responsables de la manière dont nous expérimen­tons nos parents, du fait de notre tendance à inter­préter leurs actes en fonction de nos présomptions et croyances innées.

L'attitude effective des parents va soit renforcer ces impressions innées, soit assou­plir ou tempérer certaines de nos attentes fonda­mentales en ce qui les concerne.

Si nous nous attendons à une mère exécrable, et qu'elle se révèle particulièrement aimante et sécurisante, certaines de nos attentes négatives vont s'atténuer.

Si vous avez à la naissance l'image intérieure de la Mère Terrible, c'est elle que vous vous attendrez à ren­contrer.

Et s'il s'avère que votre vraie mère, quelle qu'en soit la raison, ne peut s'occuper de vous, cette attente archétypique sera confortée et renfor­cée, car vous l'aurez vraiment expérimentée dans votre chair.

Prenons l'exemple d'un garçon ayant dans son thème natal un carré Lune-Pluton. L'image innée de la mère correspondant à cet aspect a quelque chose de dangereux ou de menaçant (l'archétype de la Lune, la mère, est en relation avec celui de Pluton, une force destructrice).

Même si sa mère n'est pas vraiment de type plutonien, l'enfant sera particulièrement sensible aux moments où elle montre ce genre d'humeur ou de visage, et il les remarquera davantage.

Il se peut qu'un jour, elle le nourrisse particulièrement bien puis le recouche, sûre qu'il est heureux et satisfait.

Mais si précisé­ment ce jour-là le carré Lune-Pluton de l'enfant est activé (peut-être par un transit rapide de la Lune ou de Vénus), il aura beau avoir été bien nourri et gentiment remis au lit, l'image négative de la mère va être activée dans sa psyché, et sans aucune raison apparente, il va se mettre à hurler et pleurer.

Pourtant sa mère vient juste de bien s'en occuper, qu'est-ce qui lui prend de pleurer comme ça ?

Si la réaction de la mère est de se sentir frustrée, de se mettre en colère et de le secouer, il pensera : « Je savais bien que c'était une sorcière. »

L'image négative innée de la mère sera ainsi encore renfor­cée. Si en revanche la mère réagit différemment à sa frustration, si elle le prend dans ses bras et le console sans aucune réaction négative, l'image innée de la mauvaise mère est adoucie ou tempé­rée. « Peut-être n'est-elle pas si mauvaise après tout. »

Sans doute serait-il bon que les mères étu­dient les thèmes de leurs enfants pour comprendre ce qu'ils vont projeter sur elles, et apprendre com­ment se comporter avec ces projections en s'effor­çant de modérer les plus négatives.

En résumé : ce que nous venons d'aborder est connu en psychologie comme l'opposition inné/acquis. Ceux qui sont en faveur de l'acquis sont convaincus que la manière dont on nous traite dans l'enfance détermine ce que nous sommes.

Ceux qui privilégient l’inné pensent que nous avons à la naissance un tempérament particulier condition­nant la manière dont nous expérimentons la vie. La psychologie astrologique penche évidemment pour l'idée que nous naissons avec un certain tempéra­ment inné, et que notre conditionnement archétypique précède celui de notre enfance.

C'est sans aucun doute un mélange des deux, mais l'astrologie psychologique place le tempérament en premier, et le conditionnement effectif de l'enfance en second, à cause de cette tendance à percevoir les événe­ments et les gens qui nous entourent dans l'enfance avec les lunettes de notre propre tempérament.

Si nos lunettes sont bleues, la vie nous semble bleue. Avec des lunettes rouges, elle nous semble rouge. Le thème natal qui décrit notre conditionnement et nos attentes archétypiques prend alors toute son importance.

Patterns archétypiques indiqués par le thème

Nous allons un peu travailler sur le thème.

Certains aspects et positions clefs du thème peuvent vous permettre de comprendre les attentes et patterns fondamentaux présents à votre naissance.

Je voudrais que vous y réfléchissiez au cours de cette journée : dans votre thème, chaque aspect ou position planétaire décrit une sorte de pattern en vous.

Ces patterns donnent naissance à des opi­nions, des croyances, des suppositions sur vous-même ou sur la vie. Par exemple quel genre de suppositions ou d'attentes pourrait nourrir selon vous celui qui a un carré Lune-Satume dans son thème de naissance ? Quelle pourrait être son opinion sur l'archétype de la mère, avant même qu'il n'expérimente effectivement sa mère réelle ?

Participant : Un sentiment de rejet ou de froideur.

Howard : Formulez-le dans un énoncé.

Participant : Ma mère est froide.

Howard : D'accord, « Ma mère est froide » est un énoncé possible. Quels autres énoncés pourraient correspondre à cet aspect ?

Participant : Ma mère est rigide, peu affectueuse ou incapable.

Howard : Oui, mais quelle opinion pourrait avoir la personne sur ses propres émotions ?

Participant : Ce pourrait être un énoncé comme : « Mes émotions me créent des problèmes. »

Howard : Bien. Quelles sont les autres significations de la Lune ? La Lune correspond également au fait de voir ses besoins satisfaits, alors quel peut être l'énoncé correspondant à la satisfaction des besoins fondamentaux ?

Participant : Mes besoins fondamentaux ne sont pas comblés.

Howard : Oui, c'est souvent l'expérience de ceux qui ont le carré Lune-Saturne, une difficulté à satisfaire leurs besoins émotionnels et même physi­ques.

Bon, laissons la Lune de côté. Que se passe-t-il si vous avez un carré Vénus-Satume ? Vénus est l'archétype de l'union, l'image du (ou de la) bien-aimé(e). Quel genre d'énoncé pourrait correspon­dre à cet aspect ?

Participant : Je vais être rejeté dans la relation.

Howard : C'est à peu près ça, ou même quelque chose d'encore plus élémentaire comme : « Dans la relation (Vénus) je vais rencontrer des difficultés (Saturne). » Mais n'oubliez pas que Saturne sug­gère également le travail et l'effort. Et donc sur un autre plan, il peut y avoir un présupposé ou une attente comme « Établir une relation va me deman­der beaucoup de travail. »

Et le trigone Vénus-Jupiter ? Quelle va être l'opi­nion de celui qui a cet aspect sur sa vie relation­nelle ?

Participant : Celui que j'aime va être démonstratif et va m'aider à m'épanouir.

Howard : Oui, et même quelque chose comme : « J'ai beaucoup à donner dans la relation. » L'ar­chétype de l'union (Vénus) est en contact avec l'archétype de l'expansion (Jupiter). Voilà quelles sont les attentes innées de ceux qui ont cet aspect à la naissance. Elles existent avant même qu'ils n'aient de relation, avant même qu'ils ne sortent avec quelqu'un. C'est l'image qu'ils se font de ce qu'ils vont expérimenter à travers Vénus. Et c'est ce qu'ils s'attendent à rencontrer qu'ils remarque­ront, rechercheront ou contribueront à provoquer, consciemment ou inconsciemment.

Naturellement, tout est en réalité beaucoup plus compliqué. On peut avoir à la fois un carré Vénus-Satume et un trigone Vénus-Jupiter, ainsi qu'une conjonction Lune-Uranus. Je voudrais aujourd'hui que vous étudiiez votre thème en réfléchissant à vos idées sur la vie qui concordent avec les aspects et positions planétaires de votre thème. Nous allons examiner les expériences de l'enfance, car on y discerne en général très clairement ces patterns à l'œuvre. Nous naissons avec une combinaison d'attentes qui constitue l'ossature de notre future expérience, et ce que nous allons effectivement expérimenter dans l'enfance s'ajoutera à ces atten­tes, leur donnant corps et substance.

Différents archétypes émergent selon les étapes de l'enfance ‘. À la naissance, par exemple, l'Ascendant est au premier plan. L'expérience de la nais­sance va donc voir surgir les problèmes liés à votre Ascendant. Les deux premières années de la vie voient la prédominance de l'instinct de survie et de la satisfaction des besoins, et la Lune est alors le principe le plus important du thème. Il s'ensuit que le pattern inné associé à la Lune va prendre corps entre la naissance et l'âge de deux ans.

Les archéty­pes s'expriment dans les pulsions, qui elles-mêmes concernent les problèmes vitaux. Entre deux et quatre ans, l'instinct est de s'affirmer et d'acquérir davantage d'autonomie : on marche de mieux en mieux, on apprend à parler, on veut faire preuve d'individualité et exercer ses muscles. Le pro­blème fondamental est de développer son auto­nomie, et les archétypes correspondants sont ceux du pouvoir, de l'affirmation et du contrôle de soi, de la maîtrise de l'environnement, et de la force. Les deux planètes principales activées correspon­dant à ces principes sont le Soleil et Mars.

C'est donc entre deux et quatre ans que les problèmes en rapport avec le Soleil et Mars seront au premier plan dans votre vie. Après quatre ans, lorsque nous prenons davantage conscience de l'unité formée par notre père et notre mère, les questions concernant la relation émergent, et l'archétype de Vénus entre en scène. Vos patterns associés à Vénus se dévoilent au cours de cette phase œdipienne.

Travailler avec les patterns

Au-delà de l'intérêt que présente la découverte de nos patterns, l'un de nos objectifs aujourd'hui est également de commencer à travailler avec eux. Ils peuvent en effet nous empêcher d'être heureux, et même s'il est impossible de les changer ou les transformer radicalement, nous pouvons toujours modifier notre attitude envers eux. Je veux parler des patterns en général. Cela me rappelle un poème d'une poétesse américaine, Amy Lowell, appelé Patterns dont le dernier vers est resté gravé dans ma mémoire depuis que je l'ai lu au lycée. Juste à ta fin, elle dit : « Mais, mon Dieu, à quoi peuvent bien servir les patterns ? »

La suite du texte est disponible uniquement sur demande.

Pour des cours approfondis ou une consultation, me consulter.






0
commentaires

Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste

5, impasse du mai
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 22 97 27
Mobile : 06 29 54 50 29

Retourner au contenu