Le Nœud Sud en Maison X

Bonjour
Title
Aller au contenu

Le Nœud Sud en Maison X

Pascal Patry astrologue et thérapeute à Strasbourg 67000
Publié par Pascal Patry dans Astropsychologie · 7 Novembre 2022
Tags: LeNœudSudenMaisonX
Le Nœud Sud en Maison X

La maison X, c'est le milieu du ciel, le point culmi­nant du thème. D’abord, elle représente nos relations avec le père, puis avec l'autorité.

Ensuite, elle indique nos tendances à acquérir, à obtenir et à maintenir notre propre autorité ou situation, face au monde.

Elle représente la façon dont nous serons connus ou recon­nus, selon nos apparences extérieures ; le « statut » que nous rechercherons et dont nous disposerons ou non, ainsi que nos ascensions sociales… et nos chutes, l'une ou l'autre se révélant par une présence plané­taire en X, ou un maître de X, bien… ou mal aspecté, ou tout simplement le nœud sud en X.

Un nœud sud en maison X sera porté à faire de sa vie une recherche de la consécration ; réussite per­sonnelle ou au travers d’un partenaire, réussite profes­sionnelle, réussite affective.

Dans l'un ou l'autre de ces domaines, il ne pourra supporter aisément d'être en retrait et agira en toutes extrémités, pour atteindre les plus hauts sommets, les­quels seront rarement à l'échelle de ses appétits.

Pour un temps, ce sera un « battant » et il voudra être un gagnant, car, quelque part, « entre son nez et sa nu­que », subsiste un compte à régler avec la société ou une autorité : père, mère, éducateur.

Enfant, il se sen­tit amoindri, dévalué ou relégué à un rang inférieur.

Soit le père l'écrasa de sa puissance ou n’estimait ses valeurs qu'en fonction du « rang » social, soit un frère, ou une sœur, fut privilégié, soit le père fut au contraire insuffisant ou inexistant.

Ou bien tout simplement, enfant naturel, il a souffert atrocement des vexations de ses condisciples.

Pour ne plus jamais être blessé dans son orgueil, ses efforts concourent maintenant à l'obtention de la toute première place. Il utilisera pour cela les moyens que lui confère le signe où est inscrit le nœud sud, souvent sans égard pour sa famille, négligée au seul profit de son statut social.

Son nœud nord en maison IV le pousse à mieux assu­rer les fondements de sa situation, accorder un bien plus grand intérêt aux siens et prendre conscience que c'est là que se trouve son accomplissement.

Autrement, sa situation s'effondrera ou sa famille l’abandonnera.

La solitude dont il souffrira ensuite n'aura d’égale que les hauteurs atteintes. Ce sera le temps des regrets, avec la prise de conscience de la vanité des choses.

Chez la femme, les mêmes tendances s'actualiseront souvent par la recherche d'un partenaire éclatant.

Le piège se referme : perte de situation ou de santé de ce dernier ou rupture causée par les revendications peu soutenables du sujet. Celui-ci est rarement - ou jamais - satisfait de l'insuffisance d'attention que lui porte l'homme, tant il est absorbé par ses « affaires » dont paradoxalement, elle n'accepterait pas le déclin non plus.

Le sujet construit lui-même son propre piège.

Le nœud sud en X recherche à tort une consécration personnelle.

Il veut être le « centre » de toutes les attentions.

Le nœud nord en Capricorne étalonne trop sa vie sur une recherche de respectabilité.

Tous deux risquent de chuter, d'une manière ou d'une autre.

Avec les années qui passent, ils prendront conscience de la vanité de leurs démarches respectives et, peut-être apprendront-ils à vivre avec plus de simplicité.

***

Un sens exacerbé de la dignité allié à un besoin ins­tinctif d'être le centre de toutes les situations vous rend insupportable l'idée d'accepter une place en retrait.

Vous visez beaucoup trop à être reconnu, important, adulé ou dominant. Vous limitez ainsi tous vos objec­tifs essentiels en gaspillant vos efforts à vous promou­voir.

Cette hantise de vous retrouver supplanté étriqué vos comportements et, au lieu de vous élever, l'étalage de votre réussite vous rapetisse singulièrement.

L'éclat après lequel vous courez sans cesse pro­vient d'un problème paternel non résolu.

Ce dernier vous porte à prouver votre capacité de réussir, par défi ou compensation d'insuffisance paternelle par rapport à votre mère à laquelle vous paraissez très attaché.

En d'autres termes, vous vous faites beaucoup trop le prolongement ou le remplacement de votre père en tentant de prouver votre capacité à accomplir, par compensation, ce qui ne fut pas - ou ne put être - accompli par celui-ci.

En agissant ainsi, vous ne vivez pas votre vie, mais vous vous égarez dans un règlement de compte utopique avec votre passé, ce qui ne changera rien.

Tentez donc plutôt de dépasser ce besoin de recon­naissance, de consécration et l'espoir que l'on ne puisse rien faire sans vous. Une tendance à assurer le commandement en toutes occasions vous incite à rechercher des gens dont la faiblesse les place sous votre dépendance ; ceci n'est que complaisance à satisfaire votre besoin de pou­voir.

C’est lui qui vous porte à vous élever, de sorte à disposer de moyens suffisants pour tester votre empri­se sur les autres, en jouant au protecteur, mais en revendiquant ce que vous accomplissez.

C’est dom­mage, car la revendication du don le dénature et la reconnaissance attendue ne peut se comparer qu'à l'intérêt du placement.

Vos démarches, professionnelles ou affectives, sont essentiellement motivées par des besoins de recon­naissance.

Dans cet esprit, vous avez pu - ou vous pourriez - rompre vos liens familiaux essentiels pour la promesse d'une situation plus prestigieuse ou d'un amour plus reconnaissant.

Emporté par une réussite apparente, vous pourriez vous engager dans des domaines si multiples qu'un seul revers du destin provoquerait une chute.

Celle-ci serait d'autant plus amère que vous vivriez en plus une soli­tude, due à l'abandon des vôtres, sacrifiés à votre besoin d'auréole éphémère, qui ne semble jamais atteindre d'ailleurs le sens élevé que vous souhaitez.

Il est essentiel de comprendre que « vous réussir » est beaucoup plus important que « réussir ».

Pour cela, vous devez rejeter vos seules motivations de reconnais­sance pour tout ce que vous faites ou entreprenez.

Votre contentement est tellement lié à votre faculté d'arriver que vous finissez par vous confondre avec votre réussite jusqu'à lui sacrifier votre famille.

Vous rendez-vous compte des frustrations que vous vous construisez pour ces jours auxquels, dépossédé de vos avoirs ou de votre auréole, vous ne pourrez plus compter que sur votre richesse intérieure et sur le dévouement désintéressé de votre famille ?

À ce mo­ment, celle-ci ne vous paiera en retour que les égards, la fidélité et les attentions sincères que vous aurez eus pour elle.

Sur un plan beaucoup plus pratique, on peut certi­fier que votre thème favorise tout ce qui est terrains ou immeubles, car, tout comme votre famille, ils consti­tuent aussi les fondements essentiels de votre exis­tence qui doivent vous intéresser en priorité.

Votre deuxième partie de vie sera bien plus agréable que la première, car vous aurez atténué vos excès anté­rieurs et vous jouirez enfin de votre crédit karmique, dans cet excellent confort domestique, dont vous aviez souvent rêvé.

---









0
commentaires

Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste

5, impasse du mai
67000 Strasbourg
Tél. : 03 88 22 97 27
Mobile : 06 29 54 50 29

Retourner au contenu