Le serment de l’astrologue

Le Serment de l’Astrologue





L’art astrologique est une voie non exclusive vers la connaissance, dont la pratique, pour moi et pour tous ceux que je servirai par elle, a pour but une harmonisation toujours croissante avec soi-même et avec l’univers.


Je promets et je jure de conformer strictement ma pratique, professionnelle ou non, de cet art, aux règles et aux principes de morale traditionnelle qui s’en dégagent.


Admis au secret des âmes, je m’efforcerai de comprendre ce qu’elles s’efforcent de manifester, pour aviser au mieux mon frère ou ma sœur qui me demandent assistance : ma langue taira ce qui me sera confié et mon état ne servira ni à corrompre les mœurs, ni à favoriser le crime. Sous la menace même, je ne violerai pas le secret qui m’a été confié et n’admettrai jamais de faire usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité.


Je n’accepterai sous aucun prétexte ni aucune incitation ou pression de dévoiler à quiconque la date de sa mort, tout en sachant qu’il est de mon devoir de prévenir des dangers qui m’apparaissent, avec la sûreté que me permet mon jugement et les ménagements que me dictera ma conscience.


Je m’interdis également l’étude astrologique d’une tierce personne sans en avoir l’accord formel donné par elle-même, et a fortiori ne puis-je communiquer les résultats d’une telle étude à quiconque sans l’accord formel de la personne étudiée, qu’elle m’aura donné elle-même par écrit. Cette interdiction ne joue pas s’il s’agit d’un enfant ou d’un mineur dont les parents ou tuteurs légaux ont la responsabilité : néanmoins, que je garde en mémoire et pratique que si toute vérité doit être dite - quelquefois avec force, quelquefois avec souplesse, mais toujours avec grâce – toutes les vérités ne sont pas toujours à dire simultanément à tous les éléments d’une communauté.


L’interdiction d’étude ne joue pas plus s’il s’agit d’une personnalité publique, encore qu’une telle étude ne dusse être faite qu’en privé, à des fins de recherche personnelle ou pédagogique, et qu’elle entre sous la pleine protection du secret professionnel. Ceci signifie, entre autres, que je m’interdis de rendre publique une telle étude sans l’accord formel et écrit de la personnalité étudiée.


Je donnerai mon aide gratuite quand il le faudra et n’exigerai jamais un honoraire au-dessus de mon travail : et je m’efforcerai toujours, en conscience, de faire en sorte que mon consultant en retire un bénéfice supérieur à ma rétribution : aussi, je promets et je jure de ne faire aucune différence, parmi ceux qui me demandent assistance, entre celui qui me paie et celui qui ne me paie point.


Respectueux et reconnaissant envers mes maîtres, je m’engage à retransmettre à leurs enfants l’instruction que j’aurai reçue de leurs pères, en l’améliorant autant que je pourrai.


Que Celui qui, sous des noms différents, est notre Créateur, accepte de parler par nos voix, guide nos recherches et nous soutienne dans nos défaillances.



Alexandre Koltchak

Consultation